Les disciples d'Hypocrate

Groupement des Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'ortie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kashrok

avatar

Nombre de messages : 77
Localisation : Tulle, Limousin et la Marche
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: L'ortie   Mer 7 Mar - 15:44

L'ortie






Citation :
Plus connu sous le nom d’ortie, l’urtica tire son étymologie du latin urtica.

Il existait dans les anciens écrits deux espèces majeures d’orties : l’ortie romaine et l’ortie morte, qui se décline chacune en sous espèces :

L’Ortie Romaine (urtica fyluesftris, ou urtica Romana ou urticamas(1)), l’espèce principale, pousse de façon sauvage dans les bois, mais était également jardinée par les herboristes. Tandis que les sous espèces, la Grande Ortie (urtica major ou urtica communis ou urtica foemina) et la Petite Ortie (urtica minor ou suivant l’appelation de Pline, Cania) pousse plutôt le long des haies ou des murailles. Ces espèces, après floraison, meurent au mois d’août.

L’Ortie Morte (Lamium d’après Pline, ou urtica mortua) se divise en deux sous-espèces dont l’une ne sent pas beaucoup. Celle-ci se décompose en plantes à fleurs blanches, jaunes ou rougeâtres. Ses feuilles sont longues, cernées tout autour, mais plus blanches et non urticantes, à la racine fibreuse.

Tandis que la deuxième qui est fortement odorante, se distingue par des feuilles plus petites et un peu plus ronde ; fleurs pâle ou rouge obscure et plus petites que la première.

L’ortie morte pousse un peu partout et fleuri à partir du mois de mais et pendant une partie de l’été.


Citation :
Utilisation des ces orties pour la médecine:

Abréviations utilisées :
-OR, Ortie Romaine
-GO, Grande Ortie
-PO, Petite Ortie
-OM, Ortie Morte.

Les graines

Mêlées avec du miel et léchées souvent, la recette permet de nettoyer la poitrine de ses phlegmes visqueuses et des autres humeurs pourries. Pour les enfants, elle soigne les inflammations des poumons et les pleurésies: OR, GO, PO.

Mêlés avec du miel et bues avec du vin, la recette devient un stimulant sexuel (esguillone à faire le ieu d’amour) et traite les ballonnements de l’estomac: OR, GO, PO.

Les graines, bues avec de l’eau miellée à raison d’un scrupule juste après le repas du soir devient un vomitif: GO.

Si on consomme le fruit de la graine (« escorchée et est lescorce ostee ») broyée et mélangé avec du miel, elle donne de la force: OR, GO, PO.


Les feuilles

Cuites entière avec les tiges, provoquent un amollissement du ventre et l’envie d’uriner: OR, GO, PO.

La décoction de feuille mélangée avec de la myrrhe provoque les menstrues chez la femme (la même recette à base des graines provoquerais le même résultat !):OR, GO, PO

Le jus de feuilles gargarisées aide au relâchement de la luette et lutte contre son inflammation: OR, GO, PO.

Pilées avec du sel sont appliquées avec succès sur les morsures de chiens enragés (ibid les textes d’Avicenne), pour soigner les ulcères et les douleurs malignes (comme les chancres, les ulcères puants et pourris), ainsi que pour les durillons enflés, les abcès et les apostèmes des oreilles: OR, GO, PO,OM.

Les feuilles mêlées à de l’huile et de la cire, puis appliquée sur la rate (ratelle) endurcie permet de la guérir, ainsi que les douleurs du côté: GO.

Les feuilles pilés et mises sur le front et le nez arrêtent les flux de sang (saignements du nez) et mises dans le nez, le font saigner: GO.

Broyées avec de la myrrhe et réduites en forme de pessus puis mise dans la matrice (vagin) provoque les menstrues (fleurs aux femmes):GO.

Broyées avec du sel et appliquée, la recette résout et guérit les durillons, bosses et abcès:GO.

D’après Dioscoride quand les feuilles sont mises en emplâtre sur une fracture ou une rougeur, elle provoque douleur et démangeaisons: GO.

Mélangée et bue avec du vin d’amende elle guérit la maladie appelée morbus regius (la maladie royale soit la jaunisse, repris également dans les descriptions de Macer): GO

Les feuilles cuire en décoctions avec des limaçons, provoquent un amollissement du ventre et l’envie d’uriner: PO, GO.

Quand les feuilles sont cuite avec de l’orge, elles guérissent les superfluités de la poitrine: PO, GO.

Les feuilles mangées aves de oignons et des jaunes d’œufs « esmeut » la luxure: PO, GO.

Un cataplasme permet de recoller les chairs sur les os et de remettre les membres en place: PO, GO.

L’huile: PO, GO

Elle est laxative (plus que l’huile de Cartamus)

Dissout le flegme (plus que l’huile de Cartamus)

L’huile cuite avec des oignons, on sert de cette onction contre les membres « dolents ».

Cuites en huile font suer.

Le suc d’ortie: PO, GO

Le suc d’ortie verte et fraiche guérit de façon générique tout un ensemble de maladies

La racine: PO, GO

Broyée avec du vinaigre, guérit l’enflure de la rate.

Broyée guérit de la maladie appelée podagrie(15) (sans doute une forme de goutte). En règle générale d’après Macer, les feuilles ou les racines, cuites avec de l’huile sont profitables pour toutes les maladies de la goutte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'ortie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] De la Symbolique Héraldique
» [Test]Ortie - Medic Heal
» [RP] Ortie soit qui mal y pense !
» Zone de recolte "Alchimiste"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les disciples d'Hypocrate :: La médecine au Moyen-Age :: Plantes médicinales et autres remèdes-
Sauter vers: