Les disciples d'Hypocrate

Groupement des Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le millepertuis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
altea

avatar

Nombre de messages : 50
Age : 110
Localisation : Valence, Nîmes, ou bien ailleurd qui sais
Date d'inscription : 09/07/2006

MessageSujet: Le millepertuis   Sam 15 Juil - 18:06

« Millepertuis commun ou perforé », « herbe de Saint-Jean », « herbe aux piqûres », « chasse-diable », « faux-lin », « herbe aux cent trous », « herbe à mille trous », « lin sauvage », « truchereau », « pertuisane », la plante se présente sous de nombreuses identités. Pour les anglophones, elle est, bien sûr, St.John's Wort, mais également « Merveille ou Grâce de Dieu » (Gods' Wonderplant, Grace of God). C'est dire tout le respect qu'ils lui portent.

Le nom latin Hypericum viendrait du grec hyper eikona : « qui chasse les fantômes ». Les noms de perforatum et de millepertuis (« pertuis » voulant dire trou) traduisent l'aspect perforé des feuilles. En effet, si on les regarde par transparence, on observe qu'elles semblent creusées d'un grand nombre de petits trous. Il s'agit en fait de petites poches remplies de résine et d'une huile volatile.

Au Moyen Âge, les doctes savants lui avaient donné le nom de Fuga doemonium (chasse-diable), parce qu'ils lui attribuaient le pouvoir d'éloigner les esprits diaboliques ainsi que les sorcières. Fascinant parce que, il n'y a pas si longtemps, on découvrait que la plante avait des propriétés antidépressives. Or, pour le Moyen Âge croyant, la dépression et les autres troubles mentaux étaient considérés comme des formes de possession diabolique.

Cela soigne quoi?
Une des plantes les plus utiles selon le docteur et phytothérapeute français Jean Valnet, on a employé le millepertuis pour soigner les bronchites, l'asthme, les cystites, la maladie des femmes sans pouls (ou artérite oblitérante, maladie dont les symptômes sont la faiblesse ou l'absence de pouls et une insuffisance cardiovasculaire et qu'on ne diagnostique que chez les femmes), les affections résultant d'une lésion à la moelle épinière, la sciatique, l'insomnie, l'irritabilité, diverses maladies infectieuses infantiles ainsi que l'énurésie, lorsqu'elle n'est pas attribuable à des causes organiques, et les terreurs nocturnes des enfants. Par voie externe, on l'a employée pour soigner les plaies, brûlures et ulcères de jambe. Considéré comme un des vulnéraires les plus fiables, cet usage a persisté à travers les siècles.

L'infusion se prépare à raison de 15 à 30 g de sommités fleuries pour un litre d'eau. On prend 3 ou 4 tasses par jour.

Il suffit de mettre une poignée de fleurs (on n'utilise que les fleurs dans ce cas) dans un bocal transparent et de verser dessus 1/2 litre d'huile d'olive. Faire chauffer au bain-marie pendant 2 heures et laisser macérer à froid pendant 3 jours avant de passer. Ou, tout simplement, laisser macérer au soleil de 2 à 6 semaines (selon les sources).

On a utilisé cette huile sur les plaies, les brûlures et les ulcères, ainsi qu'en friction contre les névralgies rhumatismales. On l'a également employée par voie interne pour soigner la gastrite ou l'ulcère gastrique à raison d'une cuillerée à thé, à prendre à jeun, matin et soir. On l'a également appliquée sur les hémorroïdes et on l'a administrée en lavement, à garder toute la nuit, pour le traitement des problèmes inflammatoires du côlon. Faites-la chauffer légèrement avant de l'administrer de cette façon. Ça, c'est si vous trouvez un candidat aux lavements, car il s'agit là d'une espèce en très rapide voie de disparition. De même pour les candidats aux suppositoires. L'Homo « dolorosus » moderne exige qu'on lui administre ses médicaments par son extrémité la plus noble, peu importe si ce n'est pas toujours aussi efficace. Pas très logique...

On le trouve où ?
Qu'il pousse en bordure des champs, dans les endroits secs et sablonneux ou dans les terrains vagues, le millepertuis est général et commun dans tout le Québec. Ses tiges, qui sont nombreuses sur un même plant et lui confèrent l'apparence d'un petit buisson, ont cette particularité, plutôt rare dans le monde végétal, d'être munies de deux lignes saillantes, ce qui donne l'impression qu'elles ont été pressées à plat plutôt que d'être rondes ou carrées comme on l'observe normalement. Haut de 30 à 60 centimètres, le millepertuis commence à fleurir autour de la Saint-Jean-Baptiste (le 24 juin), un peu plus tôt dans le sud du Québec, un peu plus tard à l'est et dans le nord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le millepertuis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP]Escale à Millau, l'Hydre and Co

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les disciples d'Hypocrate :: La médecine au Moyen-Age :: Plantes médicinales et autres remèdes-
Sauter vers: