Les disciples d'Hypocrate

Groupement des Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La scolastique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wahl
Admin
avatar

Nombre de messages : 381
Localisation : Grandson (Helvétie)
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: La scolastique   Sam 8 Juil - 19:13

La Médecine a souffert au Moyen-Age du mode de pensée et des croyances de l'époque. Cette période fut surtout marquée par une stagnation, voir une régression intellectuelle, et il faudra attendre la Renaissance et les humanistes pour voir de grands progrès ce faire. Difficile d'admettre que ceci a pu durer un millénaire, mais essentiel pour respecter le cadre des Royaumes. En se basant sur les faibles connaissances de l'époque, les intellectuels ont tenté d'élaborer par déduction des explications pour les divers phénomènes, mais sans remettre en doute les éléments de base. Ce mode de pensée est appelé la scolastique.

La tentative d'élaborer une pensée logique est louable. Mais à l'époque, la base des connaissances était insuffisante pour permettre autant de déductions sans tomber sans cesse dans l'erreur. L'observation et l'expérience ont été négligés au profit de la discussion des connaissances de l'Antiquité. Des éléments symboliques ou même totalement faux n'étaient pas remis en question mais repris tels que les ancêtres les avaient créés ou décrits.

La médecine médiévale trouve ses racines dans la médecine grecque antique. Les écrits et le savoir des anciens Grecs est parvenu en Europe par les Musulmans. Les textes originaux ont donc été traduits à plusieurs reprises et de nombreux médecins arabes ont influencé la médecine européenne. La propagation du savoir était fortement limitée par la faible disponibilité des livres, l'imprimerie n'ayant fait sont apparition qu'en 1450. De plus, les monastères étaient souvent les seuls lieux permettant l'étude et la transmission du savoir.

L'Eglise avait donc quasiment le monopole du savoir. Les écoles de médecine et les université étaient contrôlées et gérées par les institutions ecclésiastiques. A l'époque, la Médecine n'était pas une science à part entière, mais faisait partie d'un ensemble plus vaste et mal défini de l'étude de la nature. Croyance et mythologie y avaient une très forte place. La maladie était non seulement une fatalité, mais était souvent perçue comme une punition divine.

Le médecin devait concilier croyance et savoir. La relation entre l'Eglise et la Médecine au Moyen-Age est une relation de collaboration-oppression qui offre des possibilités de RP très intéressantes. En tout cas, il est tout à fait juste d'associer l'Eglise et la Médecine dans la même voie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La scolastique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Économie
» Cour de droit au Comte et ses conseillers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les disciples d'Hypocrate :: La médecine au Moyen-Age :: Les modes de pensée-
Sauter vers: