Les disciples d'Hypocrate

Groupement des Royaumes Renaissants
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Plaies et blessures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wahl
Admin
avatar

Nombre de messages : 381
Localisation : Grandson (Helvétie)
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Plaies et blessures   Mer 2 Aoû - 16:12

Depuis l'aube des temps, un des passes-temps favoris de l'être humain a été de se blesser. Volontairement ou involontairement, mais toujours d'une manière imaginative. Fort heureusement la nature est bien faite. Pour autant qu'aucun docteur n'interfère avec la guérison de la plaie, le processus de cicatrisation permet de guérir de presque toutes les plaies. Avec un handicap résiduel et un défaut esthétique plus moins important, mais le corps se défend bien.

Les Grecs anciens avaient déjà acquis les principes des soins de plaie qui dirigent toujours les soins des victimes de guerre: débridement et traitement de plaie ouverte. Le débridement, c'est-à-dire le nettoyage de la plaie, était évidement très limité en l'absence d'anesthésie et les soins de plaie ne bénéficiaient pas des techniques de pansement d'aujourd'hui. Mais le principe reste le même: les conditions essentielles pour qu'une plaie puisse guérir est de bien la nettoyer et de la laisser ouverte pour éviter l'accumulation de saletés et la surinfection.

Malheureusement pour les blessés, le Moyen-Age a été prolifique d'idées saugrenues. Des médecins particulièrement brillants et observateurs ont réussi non seulement à développer, mais aussi à maintenir comme standard durant plusieurs siècle l'idée absurde du "pus salvateur". Longtemps les médecins croyait qu'une plaie devait décharger du pus pour être en bonne voie de guérison. Des pommades étaient appliquées pour faire macérer les plaies, tout était fait pour permettre à l'infection de se développer. Heureusement que l'accès aux médecins était limité...

Ce n'est que vers le 13e-14e siècle que des chirurgiens italiens ont osé agir à l'encontre de ce dogme absurde. Au lieu de faire macérer les plaies, ils faisaient tout pour garder les plaies sèches, d'enlever soigneusement tous les corps étranger et de cautériser les berges à l'alcool ou au fer rouge. Henri de Mondeville a joué un rôle clé en amenant en France, par l'école de chirurgie de Montpellier, ce savoir acquis en Italie. Ceci lui permettra d'accéder aux plus hautes fonctions auprès du Roi.

Durant le 14e siècle, divers autres progrès ont été introduits dans le traitement des plaies. Les plaies superficielles étaient suturées (oui, je sait que ce verbe n'existe pas, mais il est tellement usité...). Des pommades à base de cuivre étaient appliquées sur les plaies qui devaient rester ouvertes, bien qu'à l'époque on ne connaissait pas encore l'effet antiseptique des sels de cuivre. Malheureusement les moyens d'anesthésies sont restés très rudimentaires et la plupart des gestes de soins de plaies ou les amputations étaient effectués à vif...

Des soins de plaie corrects sont le seul moyen d'éviter la gangrène. Il existe diverses formes de gangrène, dont la gangrène gazeuse qui se distingue par la formation de poches de gaz dans les tissus décomposés par les bactéries. Les gangrènes sont toutes des infections très aggressives qui se répandent rapidement dans les couches profondes des tissus et qui envahissent non seulement le tissu lésé mais aussi les tissus sains. Encore de nos jours, le seul traitement possible d'une gangrène reste l'amputation de la partie du corps affectée. Rarement un débridement extensif peut suffire, mais sans ansethésie moderne un tel geste est impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wahl
Admin
avatar

Nombre de messages : 381
Localisation : Grandson (Helvétie)
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Plaies et blessures   Ven 8 Déc - 19:31

J'ai trouvé quelques chiffres pour illustrer le problème de l'infection des plaies de guerre. Ces plaies se caractérisent par une destruction importante des tissus ainsi que par une contamination systématique par des bactéries.

La Guerre de Sécession permet d'avoir quelques chiffres intéressants. Je n'ai malheureusement pas trouvé de chiffres sur l'incidence des infections et les proportions d'amputations pour les guerres antérieures. Les armes à feu étaient certes de règle durant cette guerre, mais la qualité des soins médicaux était toujours très mauvaise. Les principes de l'asepsie n'étaient pas encore connus et le niveau de formation ainsi que les moyens du corps médical étaient rudimentaires dans les deux camps par rapport aux standards européens de la même période. C'est tout dire.

Certaines données restent assez constantes d'une guerre à l'autre. Le taux d'infection des plaies par exemple, en diminution seulement depuis la fin du 20e siècle et l'application générale des principes de la chirurgie de guerre moderne. Les patients souffrant de plaies des extrémités mais bénéficiants d'un débridement chirurgical dans les 48h risquaient de développer une infection dans 30-40% des cas. En cas de délai prolongé au-delà de ces 48h, le taux dépassait largement les 50%. Avant l'avènement de l'asepsie dans les technique chirurgicales, soit la fin du 19e siècle, les amputations étaient compliquée par une infection dans 25-90% des cas. Une infection du moignon d'amputation avait en général une issue fatale. L'amputation primaire, soit l'amputation avant l'apparition d'une infection, avait une mortalité inférieure. Durant la Guerre de Sécession, chaque 10e patient a fini avec une amputation d'un membre...

Une gangrène, soit une infection particulièrement aggressive associée à la destruction des tissus, complique ~5% des plaies de guerre qui ne bénéficient pas d'un débridement chirurgical selon les standards modernes. Avec la standardisation des soins de plaie, y compris l'utilisation des antibiotiques, et la rapidité des soins médicaux, cette incidence est tombée à 0.01% lors de la guerre du Vietnam. L'amputation est le seul moyen de traiter efficacement une gangrène, pour autant que l'infection n'est pas encore trop avancée pour qu'une telle intervention puisse être faite.

Les plaies du tronc ont toujours eu une mortalité plus élevée que les plaies des extrémités. Durant le Guerre de Sécession, la mortalité associée aux plaies abdominales avec pénétration de la cavité abdominale, était de 87%. Alors que la mortalité associée aux plaies thoraciques était de 9% en cas de plaie par arme blanche et de 62% en cas de plaie par balle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wahl
Admin
avatar

Nombre de messages : 381
Localisation : Grandson (Helvétie)
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Plaies et blessures   Mer 5 Déc - 12:31

J'ai trouvé ces 2 textes sur la mortalité de blessures par armes blanches. C'est en anglais, mais je recommande vivement la lecture.

http://www.classicalfencing.com/articles/bloody.php

http://www.classicalfencing.com/articles/kill2.php

Pas évident le combat à l'arme blanche...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plaies et blessures   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plaies et blessures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [règles]perte de points de vie / blessures
» Répartition des blessures
» Blessures multiples
» [Campagne] Tableau des blessures des héros.
» Répartition des blessures : broadside et drones de défense

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les disciples d'Hypocrate :: La médecine au Moyen-Age :: Les pathologies-
Sauter vers: